eat-2411129_1280L’alimentation et la façon dont différents ingrédients sont associés et cuisinés participent grandement à l’identité culturelle d’un pays.

La cuisine africaine contemporaine s’est peut être élaborée sur la base d’influences pré- coloniales, coloniale s et, plus récemment, mondiales.

En Afrique , beaucoup d’aliments sont d’origine asiatique et américaine, certains, venus d’Orient, étant arrivés bien avant le contact colonial. À partir du XV e siècle, les Portugais ont apporté du Nouveau Monde et d’Asie une grande variété d’aliments, notamment l’arachide brésilien, composante désormais classique de la cuisine ouest-africaine.

Le maïs, autre ingrédient de base de la cuisine africaine, a été importé aussi du Nouveau Monde. Toute histoire culinaire de l’Afrique va nécessairement refléter ces origines complexes. L’héritage colonial a constitué également un apport majeur aux arts culinaires africains contemporains. Par exemple, le riz est un élément essentiel de la cuisine sénégalaise, et le Sénégal , aujourd’hui, en importe massivement de l’Asie. L’explication est simple : dans les années 1870, les Français introduisirent la culture de l’arachide et, cinquante ans plus tard, plus de la moitié des terres agricoles sénégalaises était affectée à cette culture.

Pendant ce temps, la France, qui produisait du riz en Indochine, en importa en Afrique. Après l’indépendance du Sénégal, le nouvel État subit le poids d’une facture d’importation de riz considérable et chercha alors à stimuler la consommation des céréales locales, comme le millet et le sorgho. Mais le riz est un aliment facile à cuire, tandis que ces céréales nécessitent une préparation plus délicate . Ici, l’héritage culinair e colonial a donc été crucial. EXTRAIT  Igor Cusack Cuisines africaines : cuisiner la nation